Elle est celle qu’on appelle, quand tout va mal quand tout s’étiole. L’arc-en-ciel esquivant les gouttes de pluie, la couleur au creux du gris. Solène c’est la joie, avec ou sans « l », avec ou sans ailes.

10 Jul 2019

 

Il suffit parfois de croiser un regard, d'être attirer par une allure, une posture, une énergie pour que notre imaginaire se mette à galoper dans la vie de l'autre. C'est en quelque sorte, ce à quoi s'emploie Nora à travers la chronique : [ IR-ELLE ] ou l'ambition des apparences. Le principe ? En immersion dans la société (de l'espace public aux réseaux sociaux), Nora se laisse happer, attirer par la présence de l'autre pour imaginer, cette fois, une histoire d'ambition. Pas même un prénom, Nora se défend de savoir quoique ce soit sur la personne croisée. Et si les apparences n'étaient pas si trompeuses ...

 

"Elle aurait pu s’appeler Solène. Solène, soleil, rayonnante et brûlante. Un rire comme ponctuation, un gloussement comme protestation, difficile d’entacher son humeur immaculée. 

 

Toujours dans les bons coups, les mauvais coups, à boire des coups. Joueuse et charmeuse, douce et rêveuse, Solène pétille et s’évapore, Veuve-Cliquot ou Bollinger, aussi délicieuse que ton champagne préféré. Elle entre dans ta vie comme une bourrasque, un sursaut de vent dans un ciel calme.

 

Elle est celle qu’on appelle, quand tout va mal quand tout s’étiole. L’arc-en-ciel esquivant les gouttes de pluie, la couleur au creux du gris. Solène c’est la joie, avec ou sans « l », avec ou sans ailes. 

 

Mais entre deux rayons virevoltent quelques nuages. Solène c’est aussi la part d’ombre quand dort le soleil. Quand s’éteint son rire, résonne le silence. Car Solène s’oublie, en trop bonne amie. Elle cache ses tracas, range ses idées noires. A trop être présente, elle façonne sa propre absence. Sa peine se distille entre deux gorgées de sourires. On déguste sa bonne humeur pour oublier ses propres peurs.

 

Mais Solène, prends garde à toi, ne t’oublie pas. A trop offrir de ta saveur, tu peux faner comme une fleur. On s’épanouit par ta bonté, tu t’évanouis à trop donner. 

 

Pense à toi et surtout panse toi."

 

La suite ? 

 

Nous avons transmis la nouvelle à cette jeune femme avant sa publication. Solène se prénomme Cindy. Dans un mail, elle nous a transmis ce qui suit : 

 

"J’ai adoré le texte de Nora, c’est incroyable tout ce qu’elle a pu voir à travers une photo. Cela me décrit très bien, ou en tout cas décrit la personne que j’aimerais être dans mon imaginaire. Le côté pétillant et spontané.
En effet, je suis très présente pour mes amis et mon entourage, et j’ai longtemps eu tendance à m’effacer pour eux. Aujourd’hui un peu moins, mais c’est un effort de tous les jours. J’ai toujours du mal à m’écouter, car je n’aime pas me sentir faible. Mais cela fait partie de mes ambitions, m’aimer davantage.
Mon ambition dans la vie ? Tout simplement être heureuse. Ne pas devoir réfléchir à l’argent, aux tracas, à ce qui pourrait arriver de mal. Réussir à ne penser qu’à ce qui pourrait arriver de bien. Et cela passe par un succès professionnel (et donc pécuniaire), et également un succès personnel (réussir à m’aimer et être fière de moi).
J’admire les personnes comme celles décrites par Nora. Pour moi, c’est l’essence même du sexy. Les personnes toujours de bonne humeur, toujours le bon mot, toujours le sourire aux lèvres qui ne se soucient pas de ce que les autres peuvent penser. C’est ça l’amour de soi et le bonheur. C’est cette personne que je veux être.
Un grand merci Nora et Les Ambitieuses pour ce texte, il me laisse croire que je ne suis pas si loin 😉.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

You Might Also Like:

Elle est celle qu’on appelle, quand tout va mal quand tout s’étiole. L’arc-en-ciel esquivant les gouttes de pluie, la couleur au creux du gris. Solène...

July 10, 2019

Anne Dhoquois et Gaëlle Bidan : « Le jeu peut être une arme efficace contre les préjugés »

July 3, 2019

1/15
Please reload

© 2019 - Les Ambitieuses