"En chacune de nous sommeille une femme âgée"

6 Mar 2019

 

« Chaque individu est riche, quelque soit son âge » pourrait être son leitmotiv ! A 34 ans et une chevelure parsemée de blanc, Mélissa Petit est Docteur en sociologie, spécialiste des seniors et des enjeux du vieillissement. A travers Mixing Générations, son cabinet d’étude et de conseil sur les questions de longévité lancé en 2015, Mélissa s’attèle quotidiennement à briser les stéréotypes sur l’âge et à créer des ponts entre les générations. Une expérience et bienveillance envers les seniors qu’elle partage, en 2016, dans un ouvrage « Les retraités, cette richesse pour la France » (aux éditions L’Harmattan).

 

Regardez lecteur·rice·s cette femme âgée circulant dans la ville, se mouvant dans ce corps féminin qui s’effrite, aux prises avec son invisibilité, portant dans chacun de ses mouvements toutes ses expériences et qui n’attend qu’un sourire pour qu’à travers ses yeux on puisse lire une joie intense. Cette femme âgée cela pourrait être MOI, VOUS, NOUS.  

 

Dans cette société qui vieillit au féminin, la vieillesse est souvent sans genre et le féminisme pose rarement un regard sur les plus âgées. Mêler âge et genre instaure donc une double discrimination : âgisme et sexisme. Les femmes âgées sont ainsi les grandes oubliées de nombreux sujets : violence, vie sociale, pauvreté, etc. alors qu’elles subissent de plein fouet tous types d’inégalités. Leur invisibilité s’inscrit par exemple dans l’absence de statistiques sur les violences faites aux femmes après 75 ans ou sur les violences subies par les femmes dans les espaces publics après 60 ans. Les combats auxquels ces femmes font face ne sont que peu mis en avant. Qui parle des 42 % d’écart dans les pensions de retraite entre les hommes et les femmes en raison des différences de carrières ? N’omettons pas aussi les évènements ordinaires de nos vies sociales quotidiennes qui sont régis inconsciemment par des limites d’âge, voire des espaces publics qui contraignent les plus âgés à ne plus circuler convenablement.

 

« brisons la conspiration du silence »

 

Mais comme l’aurait dit Simone de Beauvoir, « brisons la conspiration du silence » ! En posant enfin un regard sur la vieillesse au féminin, on rendra socialement désirable les femmes âgées. En les faisant exister sur la scène sociale, on leur permettra de s’exprimer plus et de pouvoir être écoutées jusque dans les murmures de leurs désirs. 

 

Les femmes âgées, ce sont nos mères et nos grands-mères, qui ont tant à nous apprendre sur l’histoire des féminins, sur les contestations qu’elles ont portées et sur le chemin qu’il reste encore à parcourir. Elles nous dévoilent ce que c'est qu’être ambitieuse face à l’injustice et l’expression « ne rien lâcher » prend tout son sens car nos droits n’ont pas été acquis facilement. En partageant avec les femmes plus âgées, elles nous amènent à nous questionner différemment sur notre rapport au corps, sur la dignité de nos vies et sur l’effectivité de nos droits jusqu’au bout de la vie.

 

C'est en agissant avec les femmes dans leurs diversités et à travers tous leurs âges que demain nous serons plus unies, car la vie est un parcours et qu’en chacune de nous sommeille une femme âgée.

 

" In each of us slumber an elderly woman "

 

Every individual is rich, whatever his age" could be her leitmotif! At 34 years old and hair dotted with white, Mélissa Petit, Phd in sociology, is a specialist in seniors and aging issues. Through Mixing Générations, her research and consulting firm on longevity issues launched in 2015, Mélissa strives daily to break down age stereotypes and build bridges between generations. An experience and benevolence towards seniors she shares, in 2016, in a book "Retirees, this wealth for France" (Editions L'Harmattan).

 

This ambition is what makes me get up every morning to pursue my wildest dreams, it's what makes me open to opportunities and all the adventures that life offers me, it's what allows me persevere to transform the impossible into possible. Today, I do not wonder if I'm ambitious. I am, that's all!

 

Look readers, at this elderly woman circulating in the city, moving in this crumbling feminine body, struggling with its invisibility, carrying in each of her movements all her experiences and waiting for a smile, so that through her eyes, we can read an intense joy. This old woman could be ME, YOU, WE.

 

In this longevity society, old age is often genderless, and feminism seldom focuses on the elderly. Mixing age and gender thus introduces a double discrimination: ageism and sexism. Older women are therefore largely forgotten about many subjects: violence, social life, poverty, etc. while they suffer from all types of inequality. Their invisibility is reflected, for example, in the absence of statistics on violence against women after the age of 75 or on violence against women in public spaces after the age of 60. The struggles that these women face are not much emphasized. Who is talking about the 42% pension retirement gap between men and women because of differences in careers? Let's not forget also the ordinary events of our daily social lives that are unconsciously governed by age limits, or even public spaces that force the older ones to no longer circulate properly.

 

"Break the conspiracy of silence !"

 

 

But as Simone de Beauvoir would have said, "break the conspiracy of silence"! By looking finally at the feminine old age, we will make elderly women socially desirable. By making them exist on the social scene, they will be allowed to express themselves more and to be heard even in the murmurs of their desires.

 

Older women, this is our mothers and grandmothers, who have so much to teach us about the history of women, the challenges they have raised, and the path that still has to be taken. They reveal to us what it means to be ambitious in the face of injustice, and the expression "do not let go" makes perfect sense because our rights have not been easily acquired. By sharing with older women, they lead us to question ourselves differently about our relationship to the body, the dignity of our lives and the effectiveness of our rights to the end of life.

 

It is by acting with women in their diversity and at all ages that tomorrow we will be more united, because life is a journey and in each of us slumber an elderly woman.

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

You Might Also Like:

Elle est celle qu’on appelle, quand tout va mal quand tout s’étiole. L’arc-en-ciel esquivant les gouttes de pluie, la couleur au creux du gris. Solène...

July 10, 2019

Anne Dhoquois et Gaëlle Bidan : « Le jeu peut être une arme efficace contre les préjugés »

July 3, 2019

1/15
Please reload

© 2019 - Les Ambitieuses