Consentis - L’observation d’un monde et d’une génération. Son consentement !

 

Paris-Berlin.

A toutes deux 25 ans, Mathilde, junior music supervisor et Domitille, psychologue sociale sont amies dans la vie comme dans la ville. 10 ans d’amitié sellés par un même engagement et la création de leur association Consentis. Consentis comme consentement.  Ou une ambition, entre deux villes, empreinte de scène alternative et féminisme.

 

 

A force de le voir et de le vivre, à force d’entendre et d’en parler, elles ont fini par constater puis se lancer dans ce qui allait devenir un engagement quotidien : chercher à clarifier et promouvoir la notion de consentement dans les lieux festifs et ainsi lutter contre les violences sexuelles qui surviennent dans ces lieux. « Adeptes de la scène alternative européenne, on s’est rendues compte que la réalité festive française n’était pas le même qu’ailleurs. Face à une culture machiste, à la masculinité hégémonique, les femmes sont dans l’évitement. Or nous considérons que les lieux festifs sont des lieux culturels.  On devrait y aller de manière plus libre. Pour les femmes mais aussi pour toutes les communautés : Trans, LGBT. »

 

 

Nous considérons que les lieux festifs sont des lieux

culturels. On devrait y aller de manière plus libre.

Pour les femmes mais aussi pour toutes les communautés : Trans, LGBT.

 

 

De Berlin, là où Mathilde est aujourd’hui installée, à Londres, l’Ukraine ou encore le Kosovo, les deux amies ont vécu de l’intérieur le milieu underground européen. Un milieu qui les a sensibilisées à la self-culture et ses espaces d'émancipation – culturelle, sociale, sexuelle. « Quand on entre au Pussy Pallace à Londres , on peut faire un don. Ce don permet à la communauté trans, alors souvent victimes d’agression, de rentrer en taxi, saine et sauve ».  Des  lieux porteurs d’initiatives qui vont inspirer les jeunes femmes, bien décidées à exporter leur culture et leurs solutions. « Si ça existe ailleurs, pourquoi pas en France ? On ne pouvait pas rester les bras croisés. Sinon, qui le ferait ? ».

 

 

Une prise de conscience bien avant #metoo, mais dont le mouvement de solidarité féminine va les confirmer dans leur ambition.

 

 

Depuis, les deux jeunes femmes ont matérialisé leur ambition, en lançant, en janvier 2018, leur association « Consentis ». Consentis comme consentement. Une association de terrain qui, après un état des lieux des violences dans les lieux festifs auprès de 1030 personnes, part à la rencontre du public dans les milieux festifs (bars, clubs, festivals). Affublées de leur t-shirt flaqué « Consentis », sur la piste ou derrière leur stand, Mathilde et Domitille prêtent une oreille ou un regard aux victimes qui peuvent venir se confier en toute sécurité, comme sensibilisent tous à la notion du consentement. Dans un seul et même but : bouleverser les mentalités féminines comme masculines, pour des soirées plus responsables, plus libres. Plus festives ! "Nous faisons en sorte d'inspirer les autres. Nous ne sommes pas extraordinaires. On veut juste montrer que ce n’est pas impossible !"

Une association qui va également conseiller les organisateurs de soirées et gérants de lieux festifs (comme le Conseil de la Nuit) aux outils à mettre en place pour prévenir les violences sexuelles qui se dérouleraient au sein de leurs murs.

 

Mathilde et Domitille ou l’observation d’un monde et d’une génération. Son consentement ! 

 

 

Pour plus d'informations : la page Facebook de l'association Consentis : https://www.facebook.com/consentis.info/?ref=br_rs

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

You Might Also Like:

Elle est celle qu’on appelle, quand tout va mal quand tout s’étiole. L’arc-en-ciel esquivant les gouttes de pluie, la couleur au creux du gris. Solène...

July 10, 2019

Anne Dhoquois et Gaëlle Bidan : « Le jeu peut être une arme efficace contre les préjugés »

July 3, 2019

1/15
Please reload

© 2019 - Les Ambitieuses