Si tu me lis, dans ta course effrénée contre la vie, n'oublie jamais de ne pas douter car tu es ta meilleure alliée.

28 Feb 2019

 

Elle aurait pu s'appeler Élise. Glissante, changeante comme un ciel marin. Éclairs et ombres, soleil et brise, impossible de saisir Élise. 

 

Impétueuse, sourire en étincelles, rien besoin de plus qu'elle.  Et elle plaque tout. Impossible qu'elle s'enlise, Élise. Elle a peur que rien ne change, elle a peur de ce train-train, le même qu'on prend chaque matin, qui rythme le quotidien. Elle fuit les convenances, s'hérisse des habitudes qui rendent la vie rude, pourchasse la routine, l'audace comme seule médecine. 
 

D'un rire elle repousse les angoisses, celles qui grignotent les rêves, tard le soir. Elle s'ébroue, sauvage, se fiche de n'être pas sage. On lui serine stabilité, ce concept qu'on additionne aux responsabilités, on lui impose des barrières, mais qu'à cela ne tienne elle part en guerre !

 

Elle est l'ingrédient mystère des recettes, ce secret farouchement gardé que discrètement on se transmet. Son ambition c'est la liberté. La déraison comme garde fou, l'oxymore du piment doux. Elle a toujours su qu'elle représentait son unique chance d'être ce qu'elle rêvait. Avec elle, chaque jour suffit sa veine. Et si bien sûr parfois elle doute, tiraillée par un lendemain flou, il lui suffit de se laisser bercer par l'assurance d'être toujours certaine de devenir ce qu'elle aime.


Alors Élise si tu me lis, dans ta course effrénée contre la vie, n'oublie jamais de ne pas douter car tu es ta meilleure alliée. 

 

Et si ces lignes facilement se lisent, Élise, c'est parce que l'aspiration qui émane de ton monde est la plus belle inspiration.

 

Crédit photo : Dylan Skaah 

 

 

La suite ? 

 

Nous avons transmis la nouvelle à cette jeune femme avant sa publication. En réalité, Elise se prénomme Cécile. Dans un mail, elle nous a transmis ce qui suit : 

 

Cette délicate interprétation de moi m’a bouleversée. Je l'ai lu, relu et relu ! 

Je n'aime pas particulièrement les compliments mais ne te connaissant pas, ce texte m'a d'autant plus touchée ! Tes mots sont doux, bienveillants et d'une justesse incroyable (je pense que même ma propre mère n'aurait pu mettre tans d'émotion, c'est peu dire sachant que tu m'as vu deux minutes !!!)

 

Je peux me livrer maintenant. Tu as mis mon côté guerrière en lumière et je suis surprise que ce trait de caractère se voit au premier abord vu mon côté volubile. Mais les failles de la vie m’ont effectivement rendue forte et battante. J'ai combattu auprès de mon enfant dans une lutte acharnée contre ce foutu cancer. Mon ti guerrier 1 - cancer 0 !!!

J'ai combattu un homme dans l'amour et la haine, la vie et les coups, la naissance d'un enfant et l’adoption d’un autre et sa folie bipolaire !!!

 

Mon parcours a fait naître en moi une positivité à tout casser !!

 

Et pour moi c’est cela MON ambition : mordre la vie à pleines dents, combattre les préjuger, apprendre à mes enfants qu’il faut écouter son cœur et croire en ses rêves à tout prix, que l’on est son meilleur conseiller et qu’importent les barrières il faut passer au-dessus. On m’a appris : « si on ne me laisse pas passer par la porte, alors il faut passer par la fenêtre. »

 

Il faut à mon sens, dans notre société ne pas confondre ambition personnelle et/ou professionnelle à la vénalité, ni au pouvoir. Mais plus, la voir comme une réalisation de soi.

Notre ambition doit nous forcer à nous dépasser et d’autant plus en tant que femmes. Malheureusement encore à l’heure d’aujourd’hui dans le monde professionnel, les ambitions ne sont pas perçues de la même façon pour une femme que pour un homme (souvent caricaturées ou diabolisées selon les cas).

 

Pour ma part, j’ai eu l’occasion il y a peu de me reconvertir dans le milieu du commerce alors que je viens du monde médical. Ces deux mondes totalement opposés m’ont fait constater que les hommes dans le commerce ne sont pas des valeurs sûres alors que c’est tout l’inverse dans le médicale. Et réciproquement dans le médical, les femmes sont souvent « teigneuses » les unes envers les autres et beaucoup moins dans le commerce.

Ce nouveau parcours me rend fière, me fait revivre et donner un nouveau souffle à une carrière essoufflée par les années. Il faut à mon sens croire en ses rêves, se remonter les manches, se battre. Pas contre les autres mais contre ses propres peurs.

 

Pour l’aspect plus personnel, ma seule ambition est le bonheur simple et savoir saisir ces instants et apprécier les belles rencontres telles que celle que j’ai pu avoir avec Mathilde et Nora.  

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

You Might Also Like:

Elle est celle qu’on appelle, quand tout va mal quand tout s’étiole. L’arc-en-ciel esquivant les gouttes de pluie, la couleur au creux du gris. Solène...

July 10, 2019

Anne Dhoquois et Gaëlle Bidan : « Le jeu peut être une arme efficace contre les préjugés »

July 3, 2019

1/15
Please reload

© 2019 - Les Ambitieuses